Search by category:
  • Aucune catégorie

Lorsque le flop arrive, vous aurez vu cinq des sept cartes avec lesquelles vous pourrez constituer votre main. Donc il y a 2 cartes à venir, ce qui vous offre une idée un peu précise de ce que vous avez dans votre main finale et, plus que deux décisions à prendre:

  • Est-ce que je dois engager des jetons dans le pot ?
  • Si je m’engage, combien je mets de jetons ?

Stratégie au poker

Beaucoup de facteurs sont à considérer, un des plus importants est de savoir quelle main mes adversaires sont-ils susceptibles d’avoir ?

  • Le premier dans le pot gagne:

Lorsqu’une paire apparait sur le tableau, la chance que quelqu’un ai quelque chose et qu’il touche sur le flop, est bien moindre que si trois cartes de rangs différents sont tirées. On peut observer que, la plupart du temps, le premier joueur aura misé sur un tableau qui, à une paire l’emporte. Alors il faut prendre les devants et miser quelque soit la main lorsque le flop montre quelque chose :

  • Exemple:
    6-6-2, 9-9-4, K-6-6, K-K-6

C’est une manière de jouer qui est souvent efficace lorsque vous êtes dans les blindset et ainsi opposer à des limpeurs. Il faut miser à peu près un tiers à la moitié du pot. Et notez que lorsque vous misez plus ou moins, vos adversaires auront tendance à l’interpréter comme un signe de faiblesse et vont souvent vous relancer pour vous faire jeter la main. La plupart du temps, vous miserez sur ces tableaux et exactement le même montant quand vous aurez réellement « rencontrer » le flop. Ceci rendra assez difficile pour vos adversaires de jouer d’une façon optimale contre vous.

  • Tête à tête postflop:

Lorsque la table est pleine, vous faite tout votre possible pour vous retrouver après le flop avec un minimum de joueurs, et en tête-à-tête de préférence. Car le poker en tête-à-tête est plus facile à jouer. Comme on relance toujours le premier quand vous êtes le premier joueur à entrer, vous pouvez alors utiliser les critères suivants pour analyser toute les confrontations en tête-à-tête :

  • Votre relance preflop, associée à une image de joueur agressif, ceci devrait amener vos adversaires à penser que vous avez une bonne main, indépendamment, de sa vrai valeur réelle.
  • Lorsqu’un joueur a 2 cartes non identiques en main, celui-ci va toucher une paire ou mieux au flop à peu près à 1 sur 8.
  • Il y a que six scénarios possibles pour un tête-à-tête :

1) Vous êtes le premier à entrer dans le pot et vous faites votre relance standard. Un joueur en meilleure position que vous. Les 2 blinds se couchent. Comme vous avez été le premier à relancer avant le flop, il est préférable dans votre cas de montrer une certaine force après le flop. Vous allez faire ce qui s’appelle un continuation-bet, à peu près 65 % des fois.

2) Vous relancez avant le pot et vous êtes suivi par un joueur qui est en moins bonne position que vous. Si votre adversaire check avant vous, c’est le signe qu’il a manqué le flop, vous devrez alors miser a peu près 85 % de fois. Vous allez jouer prudemment contre un joueur qui raffole des check-raise, peut être en misant que 65 % ou il checke.

3) Un autre joueur relance avant le flop et alors c’est vous qui êtes en meilleure position. Lorsque votre adversaire checke avant vous, soit il a manqué le flop ou soit il essaye de vous piéger. Vous allez miser  a peu près 50 %.

4) Mais un autre joueur va relancer avant le flop. Vous serez en moins bonne position. Quand vous êtes  hors position, vous devrez la faire avec des mains qui ont des chances de toucher un gros flop « petites et moyennes paires, connecteurs assortis » ou alors qui seront facilement jetables après le flop. Lorsque vous toucher votre main, vous miser en espérant d’être relancer.

5) Le small blind limpe. Vous checkez depuis la big blind. Vous êtes en position supérieure. Si votre adversaire checke avant vous, vous misez à peu près 75 % .Et si votre adversaire mise, vous relancez très souvent, même sans tenir une grosse main.

6) Lorsqu’un joueur limpe avant le flop, alors la small blind se couche. Vous checkez depuis la big blind. Vous misez 65 % parfois après le flop, ceci avec un raisonnement idem que celui du scénario 3. Vous devez miser plus souvent car elle est sûrement faible et il sera pour lui difficile de suivre.

  • Contre de multiples adversaires:

Voici quelques repères stratégiques contre de multiples adversaires :

  • Vous devez faire assez rarement un bluff total après un flop. Plus il y aura de joueurs dans le pot, et moins vous allez bluffer.
  • Si vous penser que vous avez une des meilleure main, vous miserez à peu près à chaque fois. Mais il ne faut presque jamais dans un pot multijoueur.
  • Vos mises dans un pot multijoueur servent à réduire le nombre de vos adversaires, et même si vous ne gagnez pas tout de suite le pot. Il ne faut pas tout de suite envisager de gagner le pot très rapidement lorsque vous êtes dans un coup contre plusieurs joueurs.
  • La check raise est une tactique éculée en pot multijoueur et celle-ci peut rapidement revenir en  retour de flammes.
  • Lorsque qu’un adversaire est en position tardive et a des petits tapis, vous ne devez jamais jouer ou presque de check raise ou de check call. Et quand le petit tapis est en fin de parole, vous allez de l’avant et miser tout de suite si vous décidez d’engager des jetons dans le coup.
  • Miser pour calmer un adversaire:

Quelques fois, quand vous flopez un très bon tirage, vous prenez l’initiative en faisant une petite mise dans l’espoir de ralentir votre adversaire. Ceci est une façon de jouer efficace contre :

  • Les joueurs qui hésitent à relancer.
  • Les joueurs qui aiment sous-jouer une main constituée.
  • Les joueurs agressifs qui vont miser très gros lorsque je checke avant eux.

Lorsqu’un des adversaires relève cette tendance chez vous et puis s’il se met à relancer vos petites mises, vous devez, de temps en temps, miser de cette manière mais juste sur une main assez forte.

  • Les doubles tirages quinte par le ventre:

Les doubles tirages quinte par le ventre sont beaucoup plus intéressants que des doubles tirages quintes par les 2 bouts parce qu’ils sont beaucoup plus imprévisibles à voir venir pour vos adversaires.

Exemple si au flop vous tombez sur un J-5-8 et vous avez 7-9 ceci sera beaucoup plus intéressant lorsque le flop ressemblait à Q-4-9 et que vous avez J-10. Le seul problème avec le double tirage quinte ventral est que si jamais je touche ma quinte max l’autre joueur peut avoir une quinte supérieure à la vôtre donc il faut être prudent avec ce jeu.

  • Les mains pour aller à la guerre:

Âpres le flop vous n’avez pas l’utilité d’avoir une main constituée pour miser, et un bon tirage est  suffisant, si vous soupçonnez votre adversaire d’avoir qu’une paire, vous pouvez jouer de manière agressive après le flop. Petit exemple: sur un tirage quinte flush, ou un flop du style a trèfle, 9 cœur et 8 cœur vous avait 10 cœur et votre adversaire à AK, vous devrez à peu près gagner dans 56,2% des cas. Vous devez jouer de manière très agressive dans les cas suivants :

  • Un tirage quinte flush.
  • Ou un tirage flush et overcard au flop.
  • 2 overcards au flop, un tirage quinte et couleur par derrière
  • Des tirages couleur avec une paire

Aller au tapis ou alors suivre un tapis avec ces jeux n’est pratiquement jamais mal joué, mais il vaut mieux faire l’agresseur que l’agressai, du coup votre adversaire peut se coucher. Tout en jouant de manière assez agressive avec de gros tirages, vos adversaire peuvent alors vous croire sur une main déjà constituée et ils peuvent se coucher ou vous suivre, et surtout une possibilité de toucher le jeu un max.

  • La texture du tableau :

Quelle est la force de votre main par rapport aux autres mains que votre adversaire est susceptible d’avoir ?

Lorsque vous avez une main très forte comparée à ceux que votre adversaire a, vous misez a peu près 1/3 du pot. Ceci pour que votre adversaire suive. Si vous avez une main moyenne il faut miser 2/3 du pot, il faut que votre adversaire jette quelques mains meilleures que la vôtre ou alors que celui-ci suive avec une main inférieure. Lorsque vous avez une main assez faible mais que vous voulez miser alors il faut miser le pot pour qu’il s’en aille.

  • Le potentiel d’amélioration de votre main :

Lorsque votre main a  très peu de chances de s’améliorer du, il vous faut miser plus de 2/3 du pot, si vous voulez prendre le pot tout de suite. Si celle-ci peut s’améliorer de 15-20 % il vous faut miser les 2/3 du pot. Si votre main a une capacité de s’améliorer de plus de 34% vous allez miser la moitié du pot.

  • Miser sur les bonnes mains :

Juste après le flop vous misez presque à tous les coups sur vos bonnes mains, et vos adversaires vont assez souvent vous relancer pour vous situer ou alors pour ne pas vous laisser avoir votre tirage. Il vaut mieux relancer un joueur qui vous a déjà relancé plutôt que de faire un check raise. Petit exemple lorsque vous suivez une très forte relance avec 66 et vous voyiez votre adversaire avec AA, KK ou QQ, lorsque vous misez alors que vous avez touché un brelan sur un tableau 962, votre adversaire va dans tous les cas vous relancer au tapis que vous vous ferez un plaisir de suivre.

-Après avoir floppe deux paires :

  • Deux paires basses :

Quand vous touchez les deux top paires du flop,vous pouvez faire entrer un max d’argent dans le pot, et il est peu probable que votre adversaire ait lui aussi un brelan haut ou moyen vu que vous avait déjà les 2 top paires, c’est aussi peu probable que votre adversaire ait son brelan bas bien que possible. Lorsque vous avez 2 paires de niveau assez proche, disons JQ, vous allez souvent miser fort pour ainsi faire coucher les tirages quinte ou flush. Lorsque votre adversaire vous relance et que celui-ci à un niveau bas alors que vous êtes prêt à engager tous vos jetons. Dans la plupart des cas, si le joueur vous paraît doué,c’est un peu dur de dire s’il a un brelan ou pas, donc il faut être assez prudent avec ce genre de main.

  • Deux paires hautes:

Quand vous avez floppé les 2 paires basses vous devez jouer avec une certaine agressivité comparable aux 2 paires hautes, et si votre adversaire a floppé la top paire vous devez gagner dans 88% des cas. Vous devez jouer de façon très agressive avec deux paires basses et il faut essayer de remporter le pot tout de suite.

  • Paires hautes et basses:

Il faut préférer jouer deux paire basses ou bien 2 paires hautes plutôt que 2 paires hautes et basses.

Exemple si vous avez A5 et votre adversaire AQ puis que le flop ressemble à A95 ceci donne à l’adversaire un out supplémentaire que deux paires hautes ou basses, puis si un 9 et une dame arrivent, il gagne. Ceci lui fait trois outs de plus, du coup vous avez 73 % de chance de remporter ce coup au flop.