Search by category:
  • Aucune catégorie

Dès que je me suis engagé dans une main, la plupart des parties et des actions que j’entreprends après le flop sont pratiquement automatiques, ou presque automatiques. La plus importante décision se prend donc avant le flop : est-ce que je dois jouer les deux cartes qui m’ont été distribuées? Regarder, et après étudier.
Ne jamais regarder ses cartes avant que ce soit à votre tour de parler. On remarque que si vous regardez vos cartes dès qu’elles sont distribuées, vous êtes tout de suite intéressé par ce qui se passe lorsque vous avez une mauvaise main et beaucoup intéressé lorsque vous avez une bonne main. Tous les joueurs attentifs peuvent noter ce signe et l’utiliser contre vous.

Jouer aux jeu de cartes Poker

En étant le premier dans le pot relancer :

Il faut limpe c’est-à-dire : « se contenter de suivre la big blind », pas trop souvent lorsque vous êtes le premier joueur à engager volontairement des jetons dans le pot avant le flop. Et lorsque vous décidez de jouer votre main et que vous êtes le premier à entrer, vous devez pratiquement à chaque fois relancer.  Pour cela il y a cinq raisons :

  • Limiter la compétition
  • Prendre le contrôle des enchères
  • Mieux évaluer les mains de mes adversaires
  • Rendre plus difficile pour mes adversaires d’évaluer ma main
  • Gagner les blinds

Limper:

Personnellement, je ne suis pas fan de limper pour les raisons que je viens de vous décrire. Mais il y a pas mal de grands joueurs qui limpent et ont des résultats très spectaculaires. On peut reconnaître plusieurs situations lors desquelles limper est préférable à relancer avant le flop :

  • Une très grosse main et je soupçonne un joueur qui est situé après moi pourrait relancer si je limpe
  • Les joueurs qui sont en position de blinds sont faibles après le flop
  • Limper aide à tromper ses adversaires


Relancer du montant approprié:

  • Il faut engager moins de jetons lorsque vous êtes hors position.
  • Une relance moins élevée peu encourager les autres joueurs à jouer contre moi lorsque j’ai une main surpuissante.
  • Une un peu plus grosse relance en position tardive cela mais une pression pour faire coucher les joueurs restants à la table rend une sur-relance des blinds plus difficile.
  • Lorsque je joue en position, il y a beaucoup plus d’argent dans le pot.


Suivre les limpeurs:

J’adore suivre les limpeurs qui ont des bonnes mains et donc beaucoup plus de chance de résister contre 3 ou 4 ou 5 adversaires. Les as assortis, les petites paires, les connecteurs ou les intermédiaires sont de très bonnes mains dans ce coup.
Je peux trouver des mains comme QT, QJ, Q9, JT, J8, J9, T8 et T9 que celles-ci peuvent être des parfois délicates à jouer dans ce genre de pot.

En position, suivre doucement un relanceur:

Lorsqu’un joueur relance et que les autres se couchent avant moi, qui suis en position tardive, je pense qu’il est souvent profitable de suivre avec un assez large éventail de mains. Je veux le mettre en situation des plus inconfortables.

  • Alors il peut totalement rater le flop, ou checker avant, du coup je mise et je rafle le pot.
  • On touche deux paires au flop à peu près une fois sur trente
  • Je floppe un bon tirage et j’obtiens une cote raisonnable pour pouvoir continuer.


Jouer en position de small blind:

Lorsque tous les joueurs se couchent avant vous quand vous êtes en position de small blind, il y a quelques facteurs à prendre en considération :

  • Vous êtes face à un seul joueur
  • Vous êtes totalement hors de position sur ce tour et sur les autres tours de mise
  • Vous avez déjà une demi-mise engagée dans le pot

Comme vous êtes hors position, acceptez le fait de jouer avec un espoir de rendement négatif, même contre le plus débrouillard des joueurs. Votre but en position de small blind est de limiter les pertes. Et le facteur le plus important n’est rien d’autre que votre adversaire. Certains joueurs y compris moi-même font quasi automatiquement une relance quand le small blind essaye de voir le flop. Si votre adversaire est un bon joueur, couchez vous.

  • N’importe quel as.
  • Une autre paire.
  • Les rois assortis, une partie des rois dépareillés.
  • Les dames jusqu’à Q6.
  • Les valets jusqu’à J5.
  • Les petits connecteurs assortis.
  • Les connecteurs a un trou assortis « 64, 75 ».
  • Des mains un peu plus marginales.

Lorsque vous jouer votre main, environ à 75 % vous rentrerez en relançant. Ma relance quasi habituelle est 3 fois la big blind. Les autres ,25 %  ou je décide de jouer ma main, je me contente juste de compléter la blind. Quand je me contente de compléter la mise, je vérifie toujours de le faire avec une main très forte à peu près une fois sur quatre. Pour jouer depuis la small blind c’est un peu délicat et ceci demande une forte expérience. Il faut faire tout son nécessaire pour essayer de réduire ses pertes.

Relancer depuis le big blind:

Les très rares fois où tous les joueurs se couchent avant la small blind, et se satisfont de compléter la mise, on peut envisager de relancer depuis sa position avec n’importe quelle carte en main. Mais, si le joueur a la small blind coriace, il faut souvent  checker sur des mains comme des petites paires. Et il ne faut pas relancer, être sur-relance et puis devoir abandonner. Il ne faut surtout jamais montrer ses cartes si vous bluffer avec succès.

Relancer les limpeurs:

Relancer les limpeurs, un joueur en position précoce entre en limpant, puis le joueurs suivant suit ; l’action continue jusqu’ à arriver à vous, situé en position tardive. Il faut essayer de faire de votre mieux pour punir les joueurs qui limpent avant le flop.Et lorsqu’ils sont faibles, vous leurs faites payer le prix pour avoir joué des mains assez faibles. Et souvent une relance dans cette situation va l’emporter. La clé pour jouer de cette manière est le courage. Ce n’est pas systématiquement nécessaire d’avoir une bonne main pour gagner le pot. Il faut juste avoir une image de joueur sérieux, courageux.

Une partie des  joueurs vont tout de suite comprendre ce que vous faites mais, comme vous êtes en position, ce sera une erreur de leur part de suivre ou de rejouer sur vous.

Jouer au  » chip sandwich  » le sandwich a jetons:

On va dire qu’un joueur en position précoce, de préférence un joueur qui joue assez large, relance, que celui-ci soit suivi par un ou plusieurs joueurs. Les suiveurs n’ont qu’une infime chance d’avoir une main qui mérite de suivre ou alors de sur-relancer assez fort, car si ce serait le cas depuis longtemps, ils auraient relancé eux- mêmes. C’est à votre tour de jouer :

» sandwiche  » les suiveurs avec une grosse relance.

Si vous arrivez à faire coucher le relanceur initial, les jetons vont la plupart de temps vous revenir. Si vous êtes bien plus à même de faire ce coup depuis les blinds que depuis le bouton.
La relance sandwich devient un très bon coup lorsque votre tapis est redescendu à peu près aux alentours de quinze big blinds.

La domination preflop:

On dit qu’une main en domine une autre quand les deux partagent la même carte haute mais qu’un kicker est un tout petit peu plus élevé que l’autre. Ceci est la Rockette contre la riverdancer. A éviter la domination avant le flop est une notion critique au No Limit.


Quelque exemples :

La main A-K domine toujours la main A-Q, et celle-ci est gagnante dans 74 % des fois.


Cette opposition contraste avec le duel suivant :

A-K contre 7-2

La main AK ne bat pas la pire main du Hold’em juste dans 67 % des cas.
Ces exemples vous montrent, que vous voulez engager votre argent dans le pot lorsque vous dominez  les autres joueurs ou, quand vous n’êtes pas dominé. Ceci est la raison pourquoi beaucoup d’experts n’aiment pas trop les mains comme AQ, AJ, KQ.

Note : une fois que j’ai poussé plus d’un tiers de mes jetons dans le pot, la cote me force pratiquement à engager le reste de mon argent si je sais – ou du moins je suppose fortement – que je ne suis pas dominé.

Il faut jouer les grandes mains lorsque qu’il y a une relance. Lorsqu’un de vos adversaires relance avant le flop. Et que vous avez une main très forte. Devez-vous sur-relancer ou alors vous contenter de suivre ? Il y a plusieurs facteurs qui entrent en compte :

  • La position : si vous avez la position, vous vous contenterez de suivre et oui si vous êtes hors position vous sur-relancer en essayant de gagner le pot de suite, cela va annuler le désavantage de votre position.
  • Quelle qualité est mon adversaire : lorsque votre adversaire joue un poker prévisible après le flop, vous avez tendance à suivre. Et puis contre un meilleur joueur, vous préfèrerez relancer et ainsi gagner le pot de suite.
  • Mais quelle est la force de la main adverse : Lorsque vous pensez que votre adversaire est sur AK ou alors sur une grosse paire ( KK, QQ, JJ ) et puis que vous avez AA, vous allez toujours sur-relancer.
  • Comment aime-t-il jouer : Toujours avec un adversaire qui a beaucoup l’habitude de miser après le flop, vous allez souvent le suivre tout en douceur et quand vous êtes en position, il faut essayer de le piéger quand il le fera.
  • La force de ma main : Avec KK et QQ, vous devez toujours sur-relancer. Un as va arriver au flop environ 17 %  quand vous avez les rois en main et un as ou alors quand un roi va arriver à peu près dans 35 % des cas quand vous avez les dames. Ceci fait de la relance ainsi qu’une meilleure stratégie preflop.
  • Combien de jetons vous reste-t-il: Si vous avez moins de jetons que votre adversaire, vous devez sur-relancer bien plus souvent que si vous n’avez plus de jetons que votre adversaire. Vous pouvez ainsi lui faire ressentir qu’il sera bien dur de vous faire quitter le coup et surtout que vous n’avez pas peur de miser tout ce qu’il vous reste. Lorsque vous décidez de sur-relancer, vous devez le faire de trois fois le montant de la relance de votre adversaire. Si votre adversaire relance a trois big blinds, vous en mettez 9. Lorsque vous êtes hors position vous pouvez remporter le pot très rapidement.

All-In preflop:

C’est aller au tapis avant le flop. Ceci est l’une des façons des plus puissantes pour jouer. C’est tout aussi l’une des plus dangereuses. Aux conditions suivantes :

  • Vous avez la meilleure main et vous pensez que votre adversaire va suivre.
  • Vous avez une très mauvaise main mais, si un autre joueur suit, alors vous bénéficierez d’une cote de pot des plus favorables.
  • Il est est fort possible que vous avez la plus mauvaise main, cependant une mise all-in, il est fort possible que votre adversaire se couche.
  • Vous avez une cote de pot très favorable et quelle que soit la main de votre adversaire.
  • Vous avez une très bonne main, et votre adversaire a une cote de pot favorable pour pouvoir suivre n’importe quelle de mes mises, Une mise a tapis peut lui faire peur et l’amener à se coucher.