Search by category:
  • Aucune catégorie

La plupart des joueurs débutant veulent toujours être de toutes les parties.
Ils pensent que par exemple : A6 n’est pas une mauvaise main, et que “ça peut allez »… et de toutes façons, “ils sont  venus pour jouer”.

Le poker est un  jeu de concentration et de stratégie ; on peut jouer entres amis pour rigoler et pour gagner de l’argent.
Et puis il y a les joueurs qui pensent  que gagner est secondaire et puis finissent par rentrer chez eux sans leur argent.
Les champions jouent juste pour augmenter leur stack et se remplir les poches.

Poker bien gérer sa main

Les joueurs doivent avoir beaucoup de sang froid

Dans son livre « Super System » Doyle Brunson souligne 2 traits de caractère essentiels que les joueurs de poker doivent présenter s’ils veulent tirer leur épingle du jeu. Un joueur se doit d’avoir :

  • de la rigueur : Car toutes les mains ne sont pas bonnes à jouer, et puis les mains qui sont bonnes à jouer dans telles circonstances ne sont plus si intéressantes dans telles autres circonstances.
  • de la patiente : il vous faut de la patience, attendre que les circonstances et les cartes soient favorables pour pouvoir s’impliquer dans un duel.

Un  joueur de poker avisé se doit d’être capable de voir défiler les mains et éviter de succomber à la tentation et de se jeter dans un duel, la rigueur dans le choix de ses mains, pour que celui-ci ne soit pas tenté de jouer avec des mains trop faibles pour se permettre quoi que ce soit.
Le joueur de poker doit être capable d’observer le jeu ainsi que ces  adversaires sans se faire remarquer, il doit attendre le bon moment.

Choisir vos mains permet d’optimiser vos gains

Il y a beaucoup de joueurs lorsqu’on observe qui font l’erreur de jouer trop de mains, et gagnent plus, au final  ce sont ceux, la plupart du temps qui perdent le plus. Car  en jouant davantage de mains, ils prennent plus de risques, et puis il est beaucoup plus facile de perdre son argent mais moins facile de prendre celui de ses adversaires.

Ainsi, un joueur pas trop rigoureux va jouer pas mal de mains, et prendre beaucoup de risques pour gagner 5$, en perdre 3, et 3, puis 4, et en gagner 8, et après en perdre 12,  et à la  fin, repartir avec 8 dollars en moins.

Au poker  le but n’est pas de gagner le plus de mains possible, mais plutôt d’optimiser ses mains pour gagner un maximum d’argent tout en prenant le moins de risques.
Gagner beaucoup d’argent tout en jouant le moins de mains possibles, pour limiter les risques de perdre  car plus le joueur va jouer de mains, plus il augmentera le risque.

En apprenant quelles mains jouer  et en étant plus sélectif,  cela va vous permettre de perdre moins de duels possible, et donc, moins d’argent. Mais, vous gagnerez un plus large pourcentage de mains. Alors vous gagnerez plus en perdant moins. C’est de l’optimisation simple et pure cela demande de la discipline. La discipline et le sang-froid font toujours la différence entre les gagnants et les joueurs occasionnels.

Tester la main adverse au Poker

Voici comment tester la main de son adversaire au poker. Il s’agit d’un jeu où le bluff, la feinte est de mise, il est très important de savoir tester son adversaire pour pouvoir gagner la partie. Pour ceci, divers procédés peuvent être utilisés. Au poker, c’est toujours utile de savoir bien situer sa main sur la table. La première étape est celle qui est de situer votre main, elle est  facile vu que vous pouvez voir vos cartes. Mais, la réponse est partiellement incomplète pour pouvoir bien s’établir dans le jeu. Il faut également définir la main de votre adversaire, ou alors en dessiner les contours. Pour ceci, il faut tester la main de l’adversaire.

Tester la main de l’adversaire au pré flop

Pour tester la main de l’adversaire au pré flop, il faut relancer tout de suite à hauteur de la grande blinde ou de deux fois la grande blinde. Mais surtout ne relancez pas plus qu’il ne faut sinon vous risquez de faire peur à votre adversaire et l’argent avec. La valeur de la main de votre adversaire peut être découvert selon sa réaction après votre relance. Mais attention, cette réaction peu parfois s’avérer peu fiable. Car la réaction de l’adversaire dépendra du niveau de celui-ci et il faut aussi tenir compte du bluff. Mais, il peut avoir que trois possibilités, donc trois grandes valeurs de cartes. L’adversaire se couche : il n’a pas de cartes. Mais attention qu’il ne veuille vous bluffer en vous réservant un tour pour plus tard.

L’adversaire se contente juste de suivre votre relance: ceci cache bien des surprises. Alors vous savez que votre adversaire a quelque chose, sûrement une main composée d’un As et d’un roi, d’une dame et d’un roi. Il peut également posséder qu’une petite paire naturelle, une paire de neuf, de huit qu’il va préférer jouer en tentant de toucher un brelan, ou un flop. Dans ce cas, votre adversaire n’est pas tout à fait sûr d’avoir une main suffisamment forte pour contre-attaquer avant le flop.

À son tour l’adversaire vous relance. Dans tous les cas, il a un jeu en main. C’est fort probable que celui-ci possède une paire naturelle en main de haut niveau, (au moins une paire de valets). Au cas où vous testez juste la main de l’adversaire et que vous n’avez pas de bonne carte, c’est le bon moment de les jeter. Vous aurez beaucoup économisé, ainsi vous pourrez voir le jeu de l’adversaire dans le cas où il y aurait d’autres joueurs qui le suivent. Mais dans le cas où vous avez aussi une bonne main, vous pouvez relancer à nouveau les mises pour étoffer votre pot potentiel. Vous pouvez également prendre le choix de choisir  la prudence et juste vous contenter de suivre la relance de l’adversaire. Vous savez que vous avez tous les deux de bonnes cartes. Par conséquent vous le testerez de nouveaux au flop pour savoir s’il y avait ou non une évolution dans sa main.

La main de l’adversaire au flop

Dès que vous arrivez au flop, les relances et les sur-relances pour tester les mains de vos adversaire ont sûrement dû faire le grand ménage sur la table et restent justes les bonnes mains. A ce niveau du jeu, vous devez être très vigilant et prudent. Vous aurez sûrement évolué dans votre jeu. Alors il vous faut relancer de façon franche. Lorsqu’au pré flop, vous aviez une paire naturelle assez forte et si vous touchez le brelan au flop, il ne faut surtout pas hésiter. Car si vous doutez, vous allez passer à côté de votre argent et, pire, vous allez offrir  à votre adversaire une chance de faire monter sa main en lui permettant de toucher la turn.

S’il n’y a pas eu d’évolution dans votre jeu au flop, il ne faut surtout pas exclure le fait de vous coucher après une relance de l’adversaire. Car, il a sûrement touché son brelan et fait évolué sa paire naturelle. Vous devez suivre lorsque la relance est payable et si votre main tient encore la route. C’est le cas pour une paire d’as, de rois ou de dames. Mais, si la relance est beaucoup  trop élevée, et qu’il y a beaucoup d’adversaires en jeu, c’est important que votre position de parole soit défavorable, du coup, il faut vous débarrasser des cartes. Il faut vous coucher. Cela va faire mal de se coucher avec une haute paire naturelle, mais dans ce cas il vaut mieux limiter les pertes. Ces paires naturelles sont très difficiles à jouer et peuvent facilement conduire à votre perte.